# 9 Bout à bout, la bouteille consignée

Économie responsable 20 décembre 2019

MAIF présente Les innovateurs – Une série de 10 portraits d’entrepreneurs bien décidés à avoir un impact positif sur leur territoire. Une coproduction MAIF / Télénantes.

La bouteille consignée présente un bien meilleur bilan carbone que le recyclage en bac vert. (1'30)

Réintroduire la bouteille consignée à l’échelle des Pays de la Loire

Très répandue jusque dans les années 1970, la bouteille consignée a peu à peu disparu de nos vies quotidiennes. Les bars et cafés sont les seuls à encore l’utiliser régulièrement, en raison sans doute d’une mise en œuvre simplifiée.
Pour les particuliers, le verre se trie dans le bac vert. Un geste d’apparence « écolo » qui génère en réalité un processus de recyclage coûteux en énergie. L’association Bout à Bout, à Nantes, propose donc de réhabiliter la bouteille consignée à l’échelle des Pays de la Loire. Le défi est compliqué à mettre en œuvre, malgré le soutien des collectivités territoriales. Mais Célie Couché est une battante à l’énergie très communicative !

Le saviez-vous ?

Le verre représente à lui seul la moitié du tonnage des emballages ménagers français : 2,5 millions de tonnes par an ! Le recyclage du verre limite l'utilisation de matières premières mais il implique une fusion à 1500° C durant 24 h. Or, une bouteille peut être lavée et réemployée jusqu'à 50 fois sans passer par le stade de déchet. La consigne est une filière beaucoup plus écologique : 76 % d'économie d’énergie et 33 % d'économie d’eau.

Agissons ensemble

#ChaqueActeCompte

Prochain article :

# 10 Systovi, idées solaires

Économie responsable 20 décembre 2019

Lire cet article