# 1 Faire pipi dans la jardinière

Économie responsable 20 novembre 2019
L'un des 12 uritrottoirs installés à Nantes : un instrument écologique de lutte contre les incivilités urinaires.
L'un des 12 uritrottoirs installés à Nantes : un instrument écologique de lutte contre les incivilités urinaires. Télénantes / MAIF

MAIF présente Les innovateurs – Une série de 10 portraits d’entrepreneurs bien décidés à avoir un impact positif sur leur territoire. Une coproduction MAIF / Télénantes.

Victor Massip nous dit tout sur son uritrottoir : un propos fort convaincant !

L’urine humaine contient des minéraux et oligoéléments à effets fertilisants

D’un côté, l’urine humaine contient des minéraux et oligoéléments à effets fertilisants (phosphore, azote, potassium…). De l’autre, les citadins masculins indélicats ont une fâcheuse tendance à répandre cet or liquide directement sur les trottoirs. Ou même sur les murs jouxtant les bars nocturnes. Que de salissures et mauvais odeurs ! Et de gâchis ! L’équipe de design nantaise Faltazi a donc conçu l’uritrottoir. C’est un urinoir sec, non raccordé au réseau d’assainissement, destiné à collecter et valoriser l’urine. Le liquide est absorbé par un mélange de sciure et de matière organique. Quand le bac est saturé, un dispositif électronique alerte les services municipaux. Le compost ainsi créé sert à amender jardins et jardinières.

Le saviez-vous ?

Uriner sur la voie publique est une incivilité punie par une amende de l’ordre de 68 €. Mais certaines villes, comme Bordeaux, ont placé la barre très haut : la contravention est de 450 €. À ce tarif, mieux vaut uritrotter !

Agissons ensemble

#ChaqueActeCompte

Prochain article :

Réchauffement climatique : chaque demi-degré compte !

Économie responsable 17 octobre 2019

Lire cet article